Scroll to top

C’est quoi le yoga du Cachemire ?


Gina Scarito - 13 juillet 2021 - 0 comments

Dans le foisonnement des formes de yoga, il est devenu très difficile de s’orienter quand on cherche à commencer le yoga. On me pose très souvent la question: “Mais qu’est-ce que le yoga du Cachemire ?”. Comme toute approche corporelle, on ne peut le comprendre si on ne le vit pas. Néanmoins, nous pouvons dégager quelques caractéristiques.

Pratiquer le yoga du Cachemire, c’est aborder la posture dans une perspective d’exploration sans intention d’obtenir quoi que ce soit: ni la souplesse, ni la santé, ni l’apaisement.

Postures ou Asanas

Nous ne “faisons” pas de postures. Lorsque nous enchaînons les postures et même si nous sommes attentifs au souffle, nous pratiquons une gymnastique plus ou moins intelligente mais nous passons à côté du rendez-vous avec ce que nous sommes profondément au-delà des conditionnements.

Avant d’habiter un asana, posture rituelle, nous nous installons sur notre tapis, les jambes croisées et nous sentons le corps dans l’instant. Nous laissons les zones de détente et de tension apparaître dans notre espace sans nous fixer aux unes ou aux autres, sans jugements. Nous sentons les points d’appui des pieds, des jambes, des fesses avec le tapis. Le sol peut nous apparaître plus ou moins dur ou accueillant d’un moment à l’autre.

Sensations tactiles et images sensorielles

Lorsque nous privilégions les sensations tactiles, nous sommes pleinement présents au corps et à l’environnement et le corps vivant, vibrant, ce qu’on appelle le corps d’énergie peut nous apparaître.

Les images sensorielles aident considérablement à rester présent, à habiter une posture juste et à accéder à la vibration subtile du corps.

… porter un chapeau haut de forme qui caresse le plafond…

… sentir une cascade d’eau chaude qui coule dans le dos…

… évoquer une flamme qui se dresse devant le coccyx et le sacrum…

… lorsqu’un bras se lève ou s’ouvre, imaginer d’immenses doigts ou sentir la prolongation des doigts qui caressent l’environnement ou touchent le mur ou le ciel…

En habitant la posture sensoriellement, j’habite le corps, j’habite l’instant et j’habite aussi tout l’environnement.

Du tapis à la vie de tous les jours

Lorsque vous pratiquez le yoga régulièrement dans cette perspective, votre pratique se transpose dans votre vie quotidienne. Les signes sont subtils au début et de plus en plus évidents quand la pratique s’approfondit.

Notre attention s’affine. Nous savourons toujours un peu plus notre vie telle qu’elle est. Nous pouvons nous exercer sur notre tapis et en dehors de notre tapis. Il n’y a pas de séparation. Le tapis est l’espace rituel, il est le lieu d’expérimentation. Notre vie est le vrai terrain de jeu.

Si vous fermez les yeux, assis calmement sur votre tapis ou sur une chaise, vous pouvez percevoir votre corps comme une masse de vibrations et le monde autour de vous est le prolongement de ce corps. Pas de séparation dans le ressenti. C’est chaud, c’est froid, frémissement, gargouillis, tensions, détente, dedans et dehors. Tout n’est que conscience d’être d’instant en instant. C’est là en nous et autour de nous et cela englobe tout. Dans cette présence, ce présent, il n’y a pas de passé, pas de futur.

La tranquillité est là, elle est toujours là quand je suis disponible et c’est très bon.

Dans le yoga du Cachemire, la posture ou les pranayamas ne sont pas une fin en soi. L’écoute et la présence ouvrent des espaces de disponibilités dans lesquels nos tensions apparaissent et disparaissent sur la toile de la conscience. C’est une exploration, c’est toujours neuf, dans l’instant, sans mémoire et sans accumulation.

En savoir +

Vous êtes intéressés par le Yoga du Cachemire ? Découvrez notre page Yoga du Cachemire

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.